Rénovation : Tout savoir sur les enduits de façade

Rénovation : Tout savoir sur les enduits de façade

La personnalisation de l’extérieur de la maison n’est pas en reste. Découvrez le pouvoir des enduits !

Avec l’apparition des constructions aux murs en briques creuses, en parpaings ou en béton il y a une trentaine d’années environ, l’enduit de façade s’est généralisé au point de devenir la finition extérieure la plus usitée. Depuis, les enduits ont beaucoup progressé tant en technicité qu’au niveau design. Guillaume Papic, chef de produit monocouche chez Weber, a bien voulu faire le point pour nous sur les différentes solutions d’enduits de façade et leurs nouveaux atouts pour personnaliser et sublimer nos extérieurs.
Un peu d’histoire : origine et vocation des enduits de façade
Traditionnellement, un enduit de façade est un mélange composé de sable, de ciment et de chaux (aérienne ou hydraulique) appliqué sur les murs périphériques de la maison. Le sable constitue l’agrégat tandis que la chaux et le ciment réalisent le liant.Les enduits à l’ancienne sont appliqués en trois « passes » sur le mur, c’est-à-dire en trois couches :

  • Le gobetis : Cette salissure fine, brute, non lissée sert à nourrir le support et réalise une couche d’accroche. On le laisse travailler quelque temps avant de poser les deux autres couches pour être sûr de la stabilité du support. Sur du torchis par exemple le lait de chaux sert de gobetis.
  • Le corps d’enduit : Celui-ci réalise l’épaisseur de l’enduit. Cette étape permet de mettre le mur à niveau.
  • La couche de finition : Réalisée dans un enduit plus fin, sableux, elle apporte la texture fine et la couleur. Pour un rendu plus noble de l’enduit, on lui ajoute en effet des pigments. Question coloris, le sable local faisait à l’origine la teinte de la région. En Île-de-France, le sol calcaire donnait des enduits blanc cassé. Au sud apparaissaient des teintes plus colorées en fonction des carrières locales, ocre, jaune ou rosé.
« L’enduit taloché est un enduit de qualité, très durable, mais dont la mise en œuvre requiert une grande expérience. Il nécessite plusieurs passes et du soin dans sa finition. Pour un tel chantier, une entreprise de ravalement enverra sa meilleure équipe et ses artisans les plus qualifiés. Le prix s’en ressent, à environ 50 euros du mètre carré [NDLR : prix hors échafaudages et préparation du support en surface courante] », estime Guillaume Papic.
Pour Guillaume Papic, « l’enduit gratté offre une manière plus simple et rapide de travailler que les enduiseurs se sont bien appropriée ». Il est d’ailleurs employé à 75 % aujourd’hui sur les constructions neuves. Vous le reconnaîtrez à sa surface microporeuse, car en l’abrasant, le support s’ouvre à la différence de l’enduit taloché qui ferme la surface de l’enduit. « L’enduit gratté est une solution moins onéreuse que l’enduit taloché. Comptez de 25 à 30 euros le mètre carré hors échafaudage », affirme Guillaume Papic.
Quelles sont les tendances en matière de personnalisation de façade ?
« L’accroissement rapide des zones pavillonnaires ces dernières années et leur lot de maisons presque identiques a donné envie aux gens de personnaliser de plus en plus leur façade. Ils font davantage attention à leur porte d’entrée, par exemple, et cherchent également des solutions originales de finitions murales », explique Guillaume Papic. 

1. La bicoloration
« Au départ, pour personnaliser les façades, on s’est mis à employer deux teintes d’enduit : un soubassement ou des encadrements de fenêtres plus foncés et le reste de la maison plus clair par exemple. Ou une extension d’une autre teinte que le premier corps de bâtiment », relate Guillaume Papic. Jusqu’à des réalisations plus farfelues : « Cette très belle maison de famille passait inaperçue avant notre intervention. Des lignes horizontales pour donner du caractère et le tour est joué… », témoigne cette société belge de ravalement de façades.

2. Les enduits à motifs
« La bicoloration connaît ses limites, car tous les constructeurs de maisons la proposent aujourd’hui. Aussi avons-nous relancé les enduits weber.terranova print, une solution d’enduits matricés. Nous les pratiquions depuis vingt ans, mais cette solution est aujourd’hui en plein boom », estime Guillaume Papic.Il s’agit d’un enduit projeté à la machine sur lequel une plaque de Plexiglas gravée est appuyée afin de venir réaliser une empreinte. Des dizaines de décors existent, non figuratifs ou imitant d’autres matériaux (bois, pierre, brique…). Même si cette solution est plus onéreuse, autour de 100 euros/m², elle est également plus durable qu’un enduit gratté.

4. Le mélange de matières
Les façades des maisons neuves cherchent enfin la personnalisation dans le mélange de matières. Tout comme on allie couramment papier peint et peinture à l’intérieur de la maison, on marie désormais enduit et bardage bois en extérieur. Ou encore enduit et panneaux composites de type James Hardie. Au lieu de donner à voir un monolithe blanc identique à celui du voisin, la maison devient un terrain d’expression et affirme ses volumes. 

ET VOUS ?
Quel enduit avez-vous utilisé pour votre façade ? Souhaitez-vous entreprendre des travaux de rénovation de façade ? Un spécialiste vous accompagne dans ce projet !